LES VERTUS DE L’ECHEC – CHARLES PEPIN

BOOK CORNER

 

 

« On progresse en se crashant »
– Gaston Bachelard

 

 

Et si nous changions de regard sur l’échec ?
En France, échouer est mal perçu. Nous y voyons une faiblesse, une faute, et non un gage d’audace et d’expérience. Pourtant, les succès viennent rarement sans accroc. Charles de Gaulle, Rafael Nadal, Steve Jobs, Thomas Edison, J.K. Rowling ou Barbara ont tous essuyé des revers cuisants avant de s’accomplir.
Charles Pépin est écrivain et philosophe, traduit dans une vingtaine de pays. Son dernier ouvrage paru est « La Joie » (Allary Editions, 2015). Relisant ici leurs parcours et de nombreux autres à la lumière de Marc Aurèle, Saint Paul, Nietzsche, Freud, Bachelard ou Sartre, cet essai nous apprend à réussir nos échecs. Il nous montre comment chaque épreuve, parce qu’elle nous confronte au réel ou à notre désir profond, peut nous rendre plus lucide, plus combatif, plus vivant.

L’échec n’est pas agréable, mais il nous protège de cette arrogance vaine.  La patience, c’est résister à la hâte de notre époque; échouer, vivre intensément par sa pensée.
« Les Vertus de l’échec » est un petit traité de sagesse qui nous met sur la voie d’une authentique réussite.

 

****

Morceaux choisis

 

« La vérité n’est jamais qu’une erreur rectifiée » – Gaston Bachelard

« Qu’elles aient lieu dans le corps ou le psychisme, sur la scène de l’Histoire ou dans la vie intime, les crises déchirent le réel : soudain s’offre à notre regard ce qui était caché ».

« Combien d’entre nous ne se sont jamais interrogés sur leur inconscient avant de connaître cet effondrement psychique ? »

« There is a crack in everything, that’s how the light gets in« , chante Leonard Cohen dans Anthem  :
« Il y a une fissure en toute chose, c’est ainsi qu’entre la lumière ». Les crises sont comme des fissures : en filtrant la lumière, elles la rendent plus puissante ».

« Affrontons donc notre crise collective en osant demander : Qu’est-ce qui commence d’intéressant ? Céder à la crispation réactionnaire, c’est fuir cette belle question, proprement politique, dans l’obsession d’une autre question : qu’est-ce qui est perdu ? »

« La difficulté attire l’homme de caractère, car c’est en l’étreignant qu’il se réalise lui-même » – Charles de Gaulle.

« L’échec est le contraire de la réussite, mais c’est un contraire dont la réussite a besoin »

« L’absence d’échecs nous prive peut-être d’ailleurs de la possibilité d’affirmer notre caractère »

« Le mot humilité vient du latin « humilitas« , dérivé de « humus » qui signifie « terre ». Echouer, c’est souvent en effet « redescendre sur terre », cesser de se prendre pour Dieu ou pour un être supérieur, guérir de ce fantasme infantile de toute-puissance qui nous conduit si souvent dans le mur. C’est reprendre pied, réapprendre à se voir comme on est, avec réalisme, ce qui peut être un solide atout dans la construction d’un existence réussie »

« Il faut parfois retrouver la terre pour réapprendre à viser le ciel »

« C’est une évidence dans le sport de haut niveau : rien de telle qu’une bonne défaite pour rappeler l’athlète à sa vigilance, réinsuffler en lui cette pointe de doute sans laquelle le talent ne peut donner toute sa mesure. Il faut souvent que l’athlète cesse de se croire supérieur pour qu’il le devienne vraiment. »

« La créativité entretient une relation bien plus privilégiée avec l’humilité qu’avec l’orgueil, avec les limites qu’avec le sentiment de toute-puissance »

« Celui qui mesure le plus finement les limites du savoir est également celui qui est en train de les faire reculer »

« Peu importe, finalement, le nombre de fois que nous tombons, tant que nous nous relevons une fois de plus, tant que nous nous relevons plus sages »

« Ce qui dépend de toi, c’est d’accepter ou non ce qui ne dépend pas de toi » – Epictète

« Voir l’échec autrement, c’est penser qu’il nous pose une question sur ce que nous pourrions devenir »

« Etre existentialiste, c’est penser qu’une vie ne suffira de toute façon pas à épuiser tous les possibles. Reste à ne pas trop passer à côté d’eux ».

« S’identifier à son échec, c’est se dévaloriser jusqu’à se laisser gagner par le sentiment de la honte ou de l’humiliation »

« Dans tout acte manqué, il y a un discours réussis » – Jacques Lacan

« Réussir sa vie, ce n’est pas vouloir à tout prix : c’est vouloir dans la fidélité à son désir. L’échec peut-être cet acte manqué qui nous rapproche d’une telle fidélité »

« Chaque artiste, à l’heure de tenter quelque chose de neuf, accepte la possibilité de ne pas y parvenir. la beauté de son geste tien à cela »

*****

L’échec est un diplôme

Full conférence de Charles Pépin : watch now