L’AME DU MONDE – FREDERIC LENOIR

LITTERATURE

 

l-ame-du-monde-9782841116188_0Pas de préambule à rallonge, nous sommes directement entraînés dans le vif du sujet… il ne s’agit pas d’un terminus mais d’un énorme échangeur autoroutier et d’une invitation au voyage. Un vieux rabbin, un prêtre catholique, une chamane, une mystique hindoue, un soufi, une philosophe néerlandaise et un moine zen reçoivent un appel mystérieux mais irrésistible les convoquant au monastère de Toulanka, à 4000 mètres d’altitude sur une montagne couverte de neige. Ces sages savent qu’il y a urgence, parce que le monde va mal et qu’il est vital de réconcilier les hommes, de leur faire découvrir la vérité sur ce que d’aucuns appellent Dieu, d’autres Yahweh, ou encore Allah, qu’importe en réalité puisque l’Être unique a plus d’un nom. Ensemble, ils vont dépasser leurs divergences culturelles et historiques, et vont s’appuyer sur leur expérience personnelle afin de transmettre la quintessence de la sagesse de ces divers courants, l’ « Ame du Monde », à deux jeunes adolescents avant la fin du monde toute proche. En partant du principe que si l’air est plus rare en altitude, l’oxygène y est de meilleure qualité, ce petit livre est un bol d’air frais revigorant pour l’Ame et stimulant pour l’Esprit.

Frédéric Lenoir s’attache depuis des années à délivrer une vision universelle de la spiritualité, dégagée des scories dont les religions l’ont recouverte depuis des millénaires, et ce livre, peut-être plus encore que d’autres nous amène au cœur de la véritable démarche spirituelle adogmatique. Dans son style fluide et parfaitement maîtrisé, il nous offre sa longueur d’âme en nous dévoilant les sept points principaux qui résument l’essentiel de la sagesse humaine, synthèse des enseignements des diverses religions et écoles de pensées du monde, sans jamais citer aucune référence ou auteur particulier. Regard distancé au carrefour de la psychologie, de la philosophie et de la spiritualité, c’est la présence dans l’Univers d’une force mystérieuse qui maintient l’ordre du monde qui est ici célébrée. On trouvera donc entre ces lignes, parsemées de contes et de paraboles poétiques, une batterie de préceptes de la bonne vie que ne liront sans doute que ceux qui ont sinon la foi, du moins une certaine conscience de ce qui nous tracasse sur la connaissance, la sagesse. Ceux qui ne croient à rien n’ouvriront sans doute jamais ce petit livre et c’est tant pis pour eux. En somme, un conte initatique lumineux qui touche le cœur autant que l’intelligence. Un très grand livre …

 Art-icle expiré par Barbara pour Moodsto©k

 

*****

Lenoir frederic

 

Frédéric Lenoir
Philosophe, sociologue et historien des religions. Chercheur associé à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS).Directeur de la rédaction du magazine Le Monde des religions (bimestriel appartenant au groupe Le Monde). Producteur et animateur sur France Culture de l’émission hebdomadaire Les Racines du cielEcrivain. Auteur d’une quarantaine d’ouvrages (essais, romans, contes, encyclopédies), traduits dans une vingtaine de langues et vendus à quatre millions d’exemplaires, il écrit aussi pour le théâtre, le cinéma et la bande dessinée.

Du même auteur
– « La guérison du monde » (2012)
– « Dieu » (livre d’entretiens avec Marie Drucker), (2011)
– « Petit traité de vie intérieure » (2010)
–  etc.
 

 

*****

 

Morceaux choisis :

« J’ai l’impression que tous les chercheurs spirituels du monde boivent à la même source : celle de la vie et de l’amour. Nous essayons chaque jour, par nos méditations et nos prières, par l’ouverture de notre cœur et de notre esprit, de goûter à l’eau de la sagesse éternelle. Et la joie profonde que nous ressentons nous plonge le plus souvent dans le silence de la contemplation »

« Ce n’est pas le nom du sommet que nous avons gravi qui nous transforme, mais la présence et l’amour que nous avons mis dans la marche. Le monde est beau par la variété de ses paysages. La vie spirituelle est belle par le foisonnement de ses chemins »

« Ils vivent suivant la pente de leurs pulsions et de leurs besoins matériels. Ils descendent inconscients, le fleuve de l’existence, telles des bûches ballottées par les eaux, sans jamais rien maîtriser du cours de leur vie (…) Malheureux l’homme qui ne sait pas qu’il possède deux grands trésors à l’intérieur de lui-même : la clarté de l’esprit, qui peut le rendre libre, et la bonté du cœur qui peut le rendre heureux »

« Le bonheur, c’est de continuer de désirer ce qu’on possède déjà (…) Dans l’ordre de l’avoir, le désir est sans limites. Pour être heureux, l’homme doit quitter la logique de l’avoir pour passer à celle de l’être »

« Car votre âme spirituelle n’est autre qu’une parcelle infime de l’Ame du monde (…). C’est par elle que vous ressentez la beauté et l’harmonie du monde »

« Il existe toutefois de nombreuses formes de prison ou de servitude. La plus subtile et la plus pernicieuse, celle que bien peu d’homme considèrent et dénoncent, c’est la prison intérieure de l’homme esclave de lui–même (…) Car l’homme qui ne se connaît pas est comme un aveugle. Il marche sans assurance et risque à tout instant de heurter un obstacle ou de s’égarer »

« L’Ame du Monde a fait ainsi : chaque être est doté d’un don qui lui permet d’être un soutien, une consolation ou une lumière pour les autres ; mais aussi d’une faille, d’une fêlure, d’une fragilité, qui réclame l’aide d’autrui »

« Pour être libre, passe comme un mort entre le mépris et la louange »

« Aucune expérience n’est profitable si elle n’est pas vécue avec attention dans l’instant présent »

« L’humour ne sert à rien, mais il n’y a rien de plus indispensable à une existence heureuse. L’humour ne nie pas le tragique, mais le détourne, crée un recul avec la douleur, et peut transformer les larmes en rire »

« Cultivez l’humilité. Etre humble, ce n’est pas avoir une mauvaise opinion de soi, c’est avoir une juste opinion de soi-même et être à sa place. Etre humble, c’est savoir qu’on est toujours perfectible, qu’on a besoin de progresser, qu’on a besoin des autres (…) Bien souvent, l’orgueilleux commet de grandes erreurs de jugement, car il est aveuglé par le soleil de son ego »

« L’Ame du monde inspire à l’artiste ou au penseur une forme ou une idée. Apprenez à développer ce sens intérieur en vous reliant à votre source. Accueillez les inspirations créatrices »

«  Adultes, nous pouvons considérer que l’Ame du monde est notre mère » 

 

NIL Editions

*****