IL ETAIT UNE FOIS L’ORIENT EXPRESS…

EXPOSITION

 

L’Orient Express…tout le monde a vu ce nom se faufiler dans son imagination.
A l’origine de ce projet fou, né à la fin du XIXe siècle, un personnage hors normes, l’homme d’affaires belge Georges Nagelmackers. C’est lui qui a rêvé puis imaginé un train de luxe, palace sur boggies, traversant les frontières et les continents avec ses sleeping cars et son wagon-restaurant. Des voitures historiques décorées par les plus grands maîtres des Années Folles parmi lesquels René Prou ou le cristallier René Lalique, mais aussi les récits qu’en ont donné Agatha Christie ou Ian Flemming.
Ce train mythique incarne la magie de l’art du voyage à la française, avec ses hôtes les plus prestigieux, parmi lesquels Marlene Dietrich, Lawrence d’Arabie ou Mata Hari. Avec son caractère théâtral, ce train exerce depuis sa création une séduction universelle. Les visiteurs y admirent les paysages ou les décors depuis leur fauteuil, comme au spectacle, choyés comme des vedettes ou des princes. « Le Bosphore est devenu une banlieue de la Seine », écrit Edmond About dans Le Figaro, à son retour du voyage inaugural en 1883. Avec l’avènement de l’Orient Express, s’écrit une nouvelle page de l’histoire ferroviaire et du tourisme. A la table du wagon-restaurant, la cuisine qui reflète chaque pays traversé est digne des plus grands restaurants parisiens.

…Vers un Orient en mutation. De l’autre côté du Bosphore, la gare d’Haydarpasa sert de tête de ligne vers la Syrie, Bagdad ou Tripoli. L’Orient Express est bien plus qu’un train de luxe, un véritable trait d’union entre l’Europe et l’Afrique, entre l’Europe et l’Asie. Grâce à lui nous passons des légendes entourant l’orientalisme à la réalité de l’Orient. Il faudra attendre bien des années pour que le Shah d’Iran permette à l’Orient Express d’offrir une extension vers Téhéran via Istanbul par le Vangolü Express (1971), l’année suivante pour que le Taurus Express établisse des correspondances pour Alep, Bagdad et Beyrouth. Du temps de sa splendeur, l’Orient Express a ainsi permis de nombreux échanges entre le Moyen-Orient et l’Europe. Même si la deuxième guerre mondiale a mis fin à la grande histoire du train et que la plupart des liaisons auront disparu en 1960.

Une invitation au voyage. Une locomotive, trois voitures ainsi qu’un wagon-restaurant ont en effet été installés sur le parvis de l’Institut du Monde Arabe. On revit l’espace d’un instant l’émotion des voyageurs qui l’ont emprunté pendant des décennies, accompagné par la dimension cinématographique du mythe, qui doit beaucoup à la littérature et au cinéma.
C’est presque un siècle d’histoire qui défile sous nos yeux, un siècle d’événements qui transforme la carte du monde, un siècle au cours duquel naît dans la douleur sur les ruines de l’empire ottoman, le monde arabe contemporain. Une exposition somptueuse à découvrir à l’Institut du Monde Arabe à Paris du 4 avril au 31 août 2014.

Art-icle expiré par Barbara pour Moodsto©k

******

« Les femmes dans les couloirs, paraissaient plus belles, les hommes plus audacieux. J’en jouissais comme un enfant comblé pour la première fois dans ses désirs… Le miracle était à l’intérieur dans cette boîte close, vernie et capitonnée.»
Joseph Kessel, Wagon-lit, 1932

Site de l’Institut du Monde Arabe
Le journal de bord d’un conducteur de train

*****

L’Orient Express en chiffres
– 3050 km, la distance ferroviaire entre Paris et Istanbul
– 81 h 30 : la durée du trajet initial
– 5 : le nombre de wagons du train inaugural
– 2 fois par semaine : la fréquence de la liaison entre Paris et Constantinople en 1883
– 100 km/h, la vitesse commerciale des débuts
– 120 000 livres sterling, dérobées à bord par des bandits en 1891
– 5 jours de retard en 1929 lorsque l’Orient Express fut bloqué par la neige.

 

L’Orient Express en dix dates
1883 :  voyage inaugural du 1er train de luxe express entre Paris et Constantinople
1889 : relie directement Paris à Constantinople
1891 : il est officiellement appelé « L’Orient Express »
1919 : création du Simplon-Orient-Express
1934 : publication de « Meurtre dans L’Orient Express » d’Agatha Christie
1971: le Direct-Orient-Express permet de rejoindre Téhéran grâce à une correspondance à Istanbul avec le Vangolü Express
1974 : sortie du film « Le Crime de l’Orient Express » par Sydney Lumet
1977 : dernière desserte directe Paris-Istanbul
1er juin 2014 : 125ème anniversaire de la desserte directe Paris-Istanbul

 

L’Orient Express au cinéma
1938 : The Lady Vanishes, Hitchcock
1954 : Orient-Express de Carlo Bragaglia
1963 : Bons baisers de Russie de Terence Young
1972 : Voyage avec ma tante de George Cukor
1974 : Le Crime de l’Orient-Express de Sidney Lumet
1976 : Sherlock Holmes attaque l’Orient Express d’Herbert Ross
2004 : Orient Express de Sergiu Nicolaescu