HER – SPIKE JONZE

CINEMA

 

…Los Angeles, dans un futur proche. Théodore Twombly (Joaquin Phoenix), un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Son métier : écrivain public à l’âge numérique. En d’autres termes, écrire des lettres gonflées de beaux sentiments à destination de tous ceux qui n’ont plus de temps pour ça… Rentrer ensuite chez lui le soir, pour tenter de nouer des relations érotiques en ligne, jouer dans des univers immersifs et se souvenir de son mariage qui n’en finit pas de se finir. En quête d’une femme idéale rendue possible par les nouvelles technologies.
La vie de Theodore bascule le jour où il se décide à remplacer le système d’exploitation de son smartphone. Un nouveau système, non seulement smart, mais troublant : un operating system, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur, une intelligence artificielle évolutive pour laquelle il sélectionne une voix de femme. En lançant le système, il fait la connaissance de ‘Samantha’, incarnée par la voix délicatement éraillée de Scarlett Johansson, féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. L’acuité de sa perception (limitée par le spectre de la caméra du téléphone), ses facultés de calcul (arithmétique, psychologique, social) font d’elle, la présence qui manquait à la vie du solitaire. Très vite, ce qui devait n’être qu’un gadget technologique de plus prend la texture d’une complice attentive. Samantha gagne en subtilité, en humour, en profondeur, en connaissance. Elle prend vie… A travers ce sublime conte philosophique, Spike Jonze filme la voix de l’amour tout en dévoilant la friabilité de l’intimité dans notre monde moderne.

« Her » est une berceuse dans laquelle s’éteignent sans bruit les derniers vestiges du contact humain. L’amour qui unit Théodore et Samantha n’en est que plus miraculeux. Un film qui relève de ces défis, autant par leur sujet que par leur mise en forme avec une precision exquise.
Dans l’intimité de la voix. Le futur proche dans lequel nous plonge Spike Jonze pourrait se dérouler dans une semaine, un jour ou une heure. C’est dire s’il ne tient pas compte des visualisations futuristes coutumières de la science-fiction. Le portrait de ce garçon renvoie à un type d’homme contemporain : le « nerd », à la silhouette de vaincu, le mâle dont le désir flotte au gré de la technologie, dont les pensées et les projets épousent les moules professionnels ou ludiques que lui propose l’organisation du monde. Qui de mieux que Joaquin Phoenix pour incarner la cristallisation amoureuse… ??? Bluffant de sensibilité, capable d’interprêter le grand vertige amoureux sans interface physique. Véritable pion dans un monde désincarné, dont les souffrances font la vraie substance de Her, des incertitudes qui nous plongent dans un destin à travers lequel on devine inquiet, le nôtre… Voyage dans un futur proche et hors d’atteinte, au coeur de la froideur de cette société en état avancé de déshumanisation.
L’acteur n’est jamais aussi poignant que lorsqu’il brave les troubles de l’existence le coeur battant. Scarlett Johansson, quant à elle, s’épanouit dans un rôle virtuel et virtuose. Son meilleur, et de loin. Dans Her, on se love dans la chaleur de sa voix comme dans les bras de l’être aimé, à l’affût de la moindre oscillation du timbre, d’un souffle perdu ou d’une hésitation. Car, lorsque Her s’achève, c’est le manque et l’addiction qui nous laissent orphelin, face au grand vide, veritable panne de système…
Spike Jonze a le don de nous plonger dans les replis tortueux de la psyché humaine. Lui qui manie si bien les concepts avec douceur, discretion et virtuosité, explore ici, à travers un saut de puce d’une rare dignité, l’ADN d’une relation naissante, sur fond d’extrapolation des dérives de notre société connectée et illimitée, dans lesquelles s’asphyxient paradoxalement les âmes en quête de profondeur et de sens…

Her - Spike JonzeIci se dessinent les contours d’une relation d’un genre nouveau, profondément ancrée dans la réalité de notre époque. Qu’est-ce que l’amour, qu’est-ce l’autre, qu’est-ce qu’une rencontre ?? Ces déracinés de la présence physique fascinent autant qu’ils angoissent, renvoyant par la même occasion le sexe, à ce qu’il est : un mode de communication comme un autre… essentiel, mais inconséquent en lui seul. Que ce soit par assistance digitale ou non, combien de personnes peuvent aujourd’hui se targuer d’avoir passé une journée entière côte à côte ? Ici, se tisse une intimité spirituelle et sensorielle que des années d’apéros partagés à la terrasse des cafés ne pourra jamais égaler. Deux entités cybernétiques embrassant une quête semblable d’émotion: tenter de s’humaniser par la sensibilité.
Ce film s’adresse à tous ceux qui croient encore avoir le choix entre l’imperfection humaine et la perfection digitale… Les invitant à s’extraire de cette délicieuse agonie. Une réalité dépeinte pourtant sans cruauté, mêlant affection et lucidité, laissant le spectateur un peu plus riche en images et en idées. Le tout avec la grâce d’une écriture remarquablement méditée, qui a récemment valu à Spike Jonze un Oscar du meilleur scenario, positionnant d’ores et déjà  le film dans la cour des très grands de cette année 2014. Un voyage initiatique qui renvoie chacun à la responsabilité et à l’intendance de sa propre solitude.
Sublime…


Sortie en salle le 19 mars 2014.
www.herthemovie.com

Art-icle expiré par Barbara pour Moodsto©k