HALF MOON RUN

MUSIQUE

 

Rock minimaliste et texturé. Half Moon Run est un jeune et talentueux trio basé à Montréal. Une beauté dramatique qui vous emmène très loin. Le tout au service d’un paysage sonore qui se décline en harmonies folk, arrangements psychédéliques et incursions électroniques. Les trois Canadiens connaissent bien la France désormais puisqu’ils y ont accompagné le grand Patrick Watson sur les routes.

COMHalf Moon Run vintage pic

 

Coup de coeur sonore 2012, flash back …

Devon Portielje, originaire d’Ottawa, Conner Molander et Dylan Phillips, tous deux de Comox en Colombie-Britannique, se rencontrent grâce à un ami commun et à une annonce sur Craigslist en 2009. Après quelques changements de personnel, Half Moon Run, dans sa forme actuelle, naît entre les quatre murs d’un studio dans le Mile-End montréalais. En dépit des contretemps et autres comptes bancaires gelés, le groupe parvient à créer un son unique fusionnant indie-rock, pop et folk dans de magnifiques harmonies rythmiques, des lignes de guitare délicates et un soupçon de musique électronique. Associant leurs influences respectives et s’échangeant sans cesse leurs instruments pour le meilleur, c‘est en live que l’on perçoit le mieux l‘incroyable complexité de leur arrangements. Half Moon Run ne reste que quarante-cinq minutes sur scène. C’est court. D’une rare intensité…

*****

 

 

*****

« Call Me in The Afternoon » enchaine avec un hymne ensoleillé porté par la voix jeune et rafraichissante de son chanteur Devon Portielje. Une ballade indie-rock construite comme l’écriture d’un scénario, dans une progression palpitante digne d’un road movie. Le blues s’invite ensuite et sur « Need It », un exercice de séduction se met alors en place. Nous nous retrouvons entrainés dans un slow parfaitement amené accompagné d’une instrumentation en parfaite adéquation, orgue et cordes en fond. Une harmonie désarmante. « 21 Gun Salute » clôture ces quarantes minutes d’un premier album infiniment abouti.

*****

 

*****

 

spring_5-wallpaper-960x600@infinite705

« On écrit les chansons ensemble. Ca part d’un germe d’idée et ensuite nous négocions à trois. On essaye d’installer un sillon, puis nous finalisons les parties. Parfois ça prend quelques heures, d’autres fois plusieurs mois. Récemment, comme nous nous sommes pris de passion pour l’écriture, nous avons exploré de nouveaux chemins et cela a pris plus de temps pour finir les chansons. La naissance d’une nouvelle idée est certainement le moment le plus stimulant et motivant pour un groupe (…) Indépendamment de nos inspirations et motivations individuelles, nous sommes inspirés par notre capacité à faire de la musique ensemble, et par l’opportunité que nous avons d’en explorer toute son étendue.  » – Half Moon Run
Après une série de dates au Royaume-Uni, suivies du festival Iceland Airwaves, et du Festival des Inrocks au Trianon de Paris, en octobre dernier, Half Moon Run a clôturée l’année au magnifique Woodford Folk festival (Australie) où l’album « Dark Eyes » a été très largement plébiscité. Il faudra donc faire preuve d’un peu de patience avant de revoir le groupe sur les scènes européennes…Quelques fois l’intensité et le style d’une voix posée avec virtuosité sur des accords aériens contribue à connecter des tympans non-initiés à des sphères bien plus vastes qu’eux-mêmes. Sublime…

ART-icle expiré par Barbara pour Moodsto©k

 

half-moon-run-dark-eyes1

 http://halfmoonrun.com/