Archives mensuelles : septembre 2013

VOYAGEUSES, PARTIR AVEC…

12 auteures et voyageuses ont eu « carte blanche » pour répondre à cette question et apportent leurs réponses dans ce livre collectif où chacune fait part de ses expériences, raconte sa façon de partir, de voyager, de rencontrer les paysages, les gens et leurs cultures, de revenir, et d’écrire. A travers ce processus de raffinement des émotions brutes, on découvre surtout combien il est possible d’imposer des détours à sa vie Continuer la lecture

PATIENTS – GRAND CORPS MALADE

Grand Corps Malade, « l’homme à la béquille qui a fait entrer le slam en France par la grande porte », nous entraîne en totale immersion dans le récit de son année en centre de rééducation pour personnes lourdement handicapées. Humour et émotion.
 Un premier roman en prose dans lequel il raconte les douze mois passés en centre de rééducation et relate les aventures tragiques mais aussi cocasses vécues par lui et ses colocataires d’infortune. Continuer la lecture

LA NOCHE MAS LARGA – BUIKA

Hors normes et habitée, l’Espagnole Buika entend explorer toutes les facettes d’une créativité sans entraves, sur son nouvel album afro-flamenco « La noche mas larga ». A fleur de peau, sur scène chacune de ses interprétations sonne potentiellement comme l’ultime tant elle se consume littéralement sans calculs ni retenue. Des mélodies arrangées comme on sertit une pierre précieuse : un brûlot qui résonne comme un appel à l’insurrection des cœurs. Continuer la lecture

CRAZY INDIA (Part. 4) : SOUTH INDIA

L’Inde du Sud joue un jeu égalitaire : débordante de générosité, rares sont les endroits sur terre à parvenir à enflammer l’imaginaire avec une telle intensité ... Elle n’en mobilise pas moins vos nerfs et votre énergie. Tel un gigantesque parc d’attraction, elle offre une large palette de sensation, son lot d’inspiration et de frustration. Risquer de s’y perdre, c’est aussi risquer de s’y retrouver. Continuer la lecture

ALABAMA MONROE

Lorsque Blue Valentine rencontre La guerre est déclarée, la douceur et le bluegrass en plus ... Résultat : une fresque poétique à en faire oublier le flamand guttural des acteurs, éblouissants de justesse qui placent le spectateur dans un drôle d’embarras. La fusion est telle que l’on se sent nu. On se retrouve presque mal à l’aise, tant la vie y est représentée dans sa plus pure complétude. Encore un bijou made in Belgique. Continuer la lecture